Groupe de la majorité départementale

80 km/h : un assouplissement en trompe l’oeil

Le Premier Ministre a finalement reculé et accepté l’idée que les Présidents de Conseils départementaux puissent rehausser la vitesse maximale autorisée à 90 km/h sur les routes départementales lorsque lesconditions de sécurité le permettent. Sans doute parce qu’il a finalement compris qu’il a commis une erreur en tentant d’imposer sans concertation et sans discernement une réduction de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur tout le réseau secondaire : une décision contestée par les élus, incomprise des automobilistes, surtout en milieu rural, dont la pertinence en matière de sécurité routière n’est pas avérée et qui, avec la hausse des taxes sur les carburants, a été l’un des détonateurs de la crise de ces derniers mois.

Pour autant, le Premier Ministre et sa majorité ont refusé d’étendre cet assouplissement aux routes nationales alors qu’ils ont accepté que les maires puissent adapter la vitesse maximale autorisée sur les routes communales. Une décision incohérente : comment le gouvernement va-t-il en effet expliquer aux Cantaliens qu’ils pourront rouler à 90 km/h sur une partie de nos routes départementales, mais qu’ils ne devront pas dépasser les 80 km/h sur la RN 122 qui est pourtant un axe structurant qui relie la préfecture aux autoroutes ?!

Ces nouvelles règles, qui ne répondent pas totalement aux engagements pris par le Président de la République à l’occasion du Grand débat, resteront incompréhensibles pour les automobilistes. Elles vont de plus contribuer à aggraver la fracture territoriale au détriment des départements qui, comme le Cantal, n’ont pas la chance de bénéficier de routes nationales à deux fois deux voies.

Le Conseil départemental du Cantal, qui fait partie des Départements qui ont très tôt dénoncé cette mesure et manifesté leur volonté de revenir aux 90 km/h partout où c’est possible, prendra ses responsabilités avec le souci de faire en sorte que les limitations de vitesse ne soient pas un frein à la mobilité de ses habitants et ne nuisent pas à son attractivité.

Vincent DESCOEUR pour le groupe DCI Droite-Centre-Indépendants