Ne pas imposer le repas végétarien à nos collégiens

Bruno Faure, Président du Conseil départemental a pris la décision de ne pas appliquer une disposition de la loi du 30 octobre 2018 pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, dite Loi EGALIM. Si certaines dispositions se doivent d’être appliquées dans l’intérêt de la préservation des ressources de notre planète ainsi que dans l’intérêt sanitaire de nos enfants, il ne peut se résoudre à mettre en œuvre l’une d’entre-elles qui consiste, à titre expérimental, à proposer au moins une fois par semaine un menu végétarien aux consommateurs de nos cantines. Si, bien entendu, il n’entend pas empêcher qui que ce soit de consommer librement ce qu’il souhaite dans sa vie privée, il n’entend pas non plus imposer aux enfants placés sous sa responsabilité lorsqu’ils déjeunent dans une cantine de collège, un menu végétarien.
Le Cantal est une terre d’agriculture mais aussi et surtout d’élevage avec de la viande dont les qualités sont reconnues dans tout le pays et même à l’étranger. Bruno Faure reste convaincu que collectivement, nous pouvons affirmer qu’il faut manger local et la viande en est un élément important. Le bien-manger doit avant tout passer par une éducation à la santé, favorisant la diversité et la qualité, plutôt que par la suppression pure et simple de catégories d’aliments de l’assiette de nos enfants. Il nous faut soutenir nos agriculteurs et nos éleveurs dont la situation économique est fragile.